INSCRIPTIONS RETRAITE YOGA & PLANTES EN BOURGOGNE 12-14 JUILLET INSCRIPTIONS RETRAITE YOGA & PLANTES EN BOURGOGNE 12-14 JUILLET
Contact
HELLO@MIRZ-YOGA.COM
Nous trouver

11 RUE DELOUVAIN

75019 PARIS

LIRE L'AVENIR DANS LE TAROT ?
·

LIRE L'AVENIR DANS LE TAROT ?

·

« Moi ça me fait trop peur de savoir ce qu’il va se passer dans l’avenir » est une phrase que j’entends souvent quand je parle du tarot. Aussi j’avais envie de partager avec vous mon expérience personnelle des cartes, que je perçois davantage comme un outil de guidance au quotidien d’une efficacité redoutable, qu'une pratique de divination.

J’ai découvert la taromancie quand j’étais ado, en observant ma mère se tirer les cartes avec un tarot de Marseille, son petit carnet de notes à côté. Bizarrement, je ne lui posais pas trop de questions sur ça. Il faut dire qu’elle restait plutôt évasive sur le sujet et j’avais rangé ça dans la catégorie « trucs que Maman fait et que je comprends pas trop ». Mais quand même, c’était là et cela m’intriguait. Il y a quelques années, je lui en ai vraiment reparlé ainsi qu’à ma grand-mère maternelle, qui m’a donné ensuite son tarot de Marseille (sacrée Mamie, toujours plus d'un tour dans son sac) et j'ai eu envie de creuser la pratique pour moi. J’avais commandé quelques temps auparavant le tarot Small Spells, pensé et illustré par l’américaine Rachel Howe et j’ai commencé à étudier les différentes cartes, à comparer l’imagerie de mes deux jeux pour tenter de mieux en saisir le sens.

Quand on pense aux cartes du tarot, les premières figures qui nous viennent en tête sont généralement celles du tarot de Marseille, mais il existe aujourd’hui de plus en plus de variantes. C’est personnellement avec le deck Small Spells (dispo en couleurs ou N&B sur notre e-shop) que j’ai véritablement commencé à me tirer les cartes. L'univers du jeu m'inspirait et je trouvais son symbolisme super accessible pour débuter. C’est une version contemporaine et plus « laïque » du tarot, dans laquel par exemple la figure du Pape du tarot traditionnel a été remplacée ici par la figure du Hiérophante, sorte d’intermédiaire mystique dans l’Antiquité grecque qui expliquait les mystères du sacré. Rachel a imaginé et dessiné le visuel de chacune des lames (cartes) selon sa vision très personnelle du jeu : simple, moderne et mystique à la fois.

BIEN COMPRENDRE LES CARTES
Pour accompagner la prise en main de son jeu, Rachel a crée un petit guide qui aide à comprendre le sens des arcanes : il y a 22 arcanes majeurs (les figures comme la bateleur, le pendu, le soleil, la lune etc.) et 56 arcanes mineurs (les cartes avec les chiffres). Ce qui m’a le plus aidé pour comprendre le tarot, a été d’assister à un workshop d’intro qu’elle organisait chez Otherwild à Los Angeles (elle en organise aujourd’hui également via Skype). Cela m’a permis de comprendre, entre autres, les 4 enseignes ou elements en anglais, qui sont les 4 grandes familles de cartes (comme Cœur, Pique, Trèfle et Carreau dans un jeu de carte classique), à savoir : Bâton dans le tarot de Marseille ou Wands dans le jeu de Rachel, Épée ou Swords, Coupe ou Cups, Denier ou Pentacles :
  • Pentacles correspond à l’élément terre et couvre le champ de l’ancrage, de la responsabilité, de l’argent, du monde matériel, du pratique, de la sécurité, du corps et de la santé. C’est l’aspect pragmatique des choses.
  • Wands correspond à l’élément feu et parle de la passion, de la créativité, de l’action, de l’ambition, des voyages, de l’énergie, d’art et d’aventures. C’est l’aspect passionnel des choses, la petite étincelle.
  • Cups correspond à l’élément eau ainsi qu’aux émotions, aux sentiments, à l’amour, à la beauté, la romance, la famille, aux relations et à l’intuition. C’est l’aspect émotionnel des choses.
  • Swords correspond à l’élément air et couvre le territoire de l’intellect, des pensées, de l’égo, des conflits, de la force, de l’anxiété, des mots, du mental, de la raison. C’est l’aspect parlé, pensé et parfois belliqueux des choses.

En plus des enseignes, chaque carte porte un numéro. L’occasion d’en apprendre davantage sur la numérologie : de 1 à 10, chaque chiffre ayant son propre langage, sa signification et apportant des éléments d’interprétation précieux dans le tirage des cartes.

COMMENT FAIRE UN TIRAGE ?

Rachel pioche 10 cartes pour un tirage, personnellement je n’en tire que 4 pour le moment. Se familiariser avec le tarot, lire le jeu prend du temps et je me sens plus à l’aise avec un petit nombre de cartes. Il existe de nombreuses façons de procéder, j'utilise pour ma part une version simplifiée du tirage en croix :

  • La 1ère carte que je tire me représente, moi (ou la personne pour laquelle je fais le tirage), face à la question que je me pose. C’est en quelque sorte un portrait de moi dans cette situation actuelle.
  • La 2ème carte m’aide à contrecarrer mon intuition : la première carte me montre quelque chose d’assez évident dans ma situation d’aujourd’hui, cette 2ème carte elle, me donne une info à laquelle je n’avais peut être pas prêté attention ou peut être pas eu envie de prêter attention !
  • La 3ème carte annonce une possibilité, un potentiel pour répondre à ma question, pour atteindre mon but. Quel chemin prendre, quelles actions mener, de qui me rapprocher, m’entourer ou m’éloigner.
  • La 4ème carte donne la réponse à ma question.

Cette façon de tirer les cartes me raconte une histoire et devant mes yeux se dessine un chemin intuitif, assez clair, qui part de ma situation actuelle aujourd’hui et me mène à ma réponse, dans un futur plus ou moins proche, en me donnant au passage des indices qui m’accompagneront durant mon voyage sur ce chemin. Ces indices ou « messages » font souvent écho dans ma tête les jours, semaines, voire mois qui suivent. Du genre « ah tiens, c’est vrai que j’avais vu ça dans les cartes, maintenant cela prend tout son sens » et cela me conforte dans la direction que je prends. Pour moi, le tarot est comme un bon compagnon de voyage, un guide, plus qu’un devin. J’ai l’intuition que très souvent, ce qu’il se passera dans le futur est en fait déjà là, en nous. Les cartes nous aident simplement à nous poser sur ce que nous pressentons déjà, en regardant la situation droit dans les yeux, avec beaucoup d’honnêteté. Oui, à l’heure où vous lisez ces lignes, vous êtes déjà dans le TURFU mes amis !

Plus on tire / on se tire les cartes, plus le jeu s’imprègne de notre magnétisme, de notre intuition. Plus on le fait, plus le tirage sera précis. Au fur et à mesure de mes tirages, je reconnais de mieux en mieux les cartes, en me souvenant que j’avais tiré telles cartes à tel moment de ma vie et qu’il s’était passé ceci, que je me sentais comme cela. Plus on le pratique, plus notre interprétation du jeu devient fine et personnelle. C’est un peu comme si la lame en elle-même est une carte routière et l’expérience que j’en fais m’apprend à la lire et la naviguer.

Au début, j’ai commencé à tirer une carte par jour, pour voir comment elle colorait ma journée. Pour commencer à s’approprier les cartes, on peut faire le test sur 22 jours, avec les arcanes majeurs uniquement pour simplifier. Chaque matin, tirez une carte face cachée et retournez la en fin de journée pour voir quel était l’état d’esprit de la journée, ce qu'il s'est passé pour vous. Puis même chose les 22 jours suivants, en essayant cette fois-ci de deviner la carte qui a été tirée le matin même.

Aujourd’hui je me tire les cartes en général une fois par mois en début de mois car je combine mes tirages aux rituels du Many Moons 2019 Lunar Planner de Sarah Gottesdiener. Dans cet agenda / carnet de bord de la life, sont proposés des rituels mensuels, associés aux différentes phases de la lune. Tirer les cartes en début de mois me permet de faire le bilan, calmement, sur les dernières semaines passées et d’ouvrir un nouveau cycle en conscience sur mes envies et mes besoins. Mais parfois, quand je suis un peu lost sur une question, je me fais un petit tirage rapido qui m’aide à faire certains choix un peu épineux, à y voir plus clair dans la situation.

Tirer les cartes pour les autres est également un exercice tout à fait fascinant. Cela demande calme et neutralité, pour interpréter le jeu sans y mettre du perso. Le plus difficile étant de tirer les cartes pour nos amis ou notre famille, où il y a un vrai effort d’objectivité à fournir, dans la mesure où l’on connaît déjà beaucoup de choses sur eux. L’idéal est de méditer avant un tirage, pour pratiquer en terrain neutre et ouvrir les portes de notre intuition.

LA MAGIE DU TAROT CONTEMPORAIN SELON RACHEL HOWE

Vous l’aurez compris, je suis une grande fan du travail de Rachel Howe, que je trouve d’une justesse et d’une pertinence incroyable, bienveillant, accessible et … vraiment magique ! Rachel est une artiste pluridisciplinaire, une visionnaire : au delà d’avoir dessiné son propre tarot et d’offrir des sessions de taromancie à Los Angeles et via Skype, elle tattoo ses dessins à l'aiguille, façon stick n poke, crée des tee-shirts, a édité un super petit guide des maisons en astrologie, propose une newsletter d'astrologie bimensuelle et pratique le Reiki :

Comment as-tu découvert la magie des cartes ?

Ma boss à l’époque était une artiste qui était très branchée astrologie etc. et comme cadeau d’anniversaire après 5 ans de collaboration, elle m’avait offert une session de tarot avec une femme d’une soixantaine d’année, très réputée à NYC, qui faisait cela depuis des années. Elle a commencé à me lire les cartes et dès le début elle me disait qu’elle voyait que j’étais très intuitive, elle me disait plein de choses sur moi et qu’il fallait que j’apprenne à lire les cartes du tarot. Elle a alors proposé de me superviser. Pendant plusieurs mois, je suis allée chez elle pour qu’elle m’apprenne à lire les cartes.

Après ça, j’ai commencé à lire les tarots pour mes amis tout en continuant à apprendre. C’était en 2012 je crois. Puis j’ai continué à me documenter sur le sujet dans des livres et au travers d’ateliers, mais ce n’était que le début !

Est ce que cela a été comme un déclic quand tu as découvert cette pratique magique ou étais-tu déjà intéressée par ce genre de choses ?

J’ai toujours été intéressée par tout ça mais je ne le pratiquais pas. C’était intimidant au début. Cela m’a pris du temps car il y a tant de choses à apprendre et je ne savais pas par où commencer. Quand j’étais enfant, je sentais des présences dans ma chambre la nuit, j’avais régulièrement ce genre d’expériences mais je ne m’y suis pas intéressée sérieusement avant d’avoir eu cette session de tarot avec cette femme. Environ 6 mois avant cette séance, j’avais commencé aussi à apprendre le Reiki. C’était un peu comme ma porte d’entrée dans ce monde magique. Une fois que je me suis mise au Reiki puis au tarot, les choses ont véritablement commencé à changer dans ma vie grâce à ces pratiques.

Est ce que tu utilises le tarot comme un outil personnel pour te guider dans ta vie quotidienne ?

Je ne l’utilise pas tous les jours, uniquement quand j’ai besoin d’une confirmation à propos de quelque chose. Pour trouver mes réponses, je médite plutôt quotidiennement. Je me tire les cartes afin de me reconnecter au tarot, de garder la relation que j’ai avec elles, mais je trouve que c’est devenu plus difficile d’obtenir des réponses claires quand je me tire les cartes pour moi et de recevoir une bonne guidance pour moi-même. C’est plus facile pour moi d’être objective pour quelqu’un d’autre. Personnellement, la méditation m’aide plus aujourd’hui. Quand je médite, mes pensées peuvent s’effacer et j’y vois plus clair. Le tarot c’est plus comme un ami à qui je rendrais visite de temps en temps pour qu’il sache que je tiens à lui.

C’est intéressant ce que tu dis parce que je remets régulièrement en question ma pratique personnelle du Yoga. Et je me demande si le cadre que l’on utilise pour transmettre aux autres peut parfois devenir moins pertinent pour nous même quand on le répète tous les jours pour les autres. Comme si j’avais besoin de me nourrir aussi d’autre chose, de sortir du cadre de ma pratique pure.

C’est une chose à laquelle je pense aussi car j’ai remarqué que quand j’ai commencé à avoir accès aux tarots les premières fois, j’en avais vraiment besoin personnellement à ce moment là, et ce nouvel outil correspondait aux besoins de mon ancien schéma personnel. Aujourd’hui, j’ai l’impression d’avoir évolué vers un nouveau schéma perso, qui repose davantage sur mon intuition, sur ma façon de voir le monde d’une certaine perspective et je ressens naturellement moins le besoin d’utiliser un outil en particulier pour répondre à mes questions. C’est un peu comme si j’avais intégré naturellement la portée des cartes, sans avoir forcément besoin de l’objet. L’intuition me guide plus naturellement, ce qui ne dévalue évidemment pas la portée salvatrice du tarot, que j’utilise dans ma guidance pour les autres.

Est ce que tu utilises ton propre deck pour tes tirages ?

Oui en général j’utilise le mien car j’ai des connexions très fortes avec les images que j’ai dessinées. Mais parfois j’aime aussi utiliser d’autres decks dont je connais moins bien les images, pour retrouver de l’objectivité si je me lis les cartes.

Un bon exercice pour se faire sa propre expérience d’un jeu, est d’étaler toutes les cartes au sol et pour chaque carte et de dire à haute voix ce que celle-ci nous évoque, ce qui nous vient intuitivement en termes de symboles, d’histoire. Est ce que tu as étudié différents jeux avant de créer le tien ?

J’ai étudié le Rider Waite deck et je tirais les cartes avec. Créée au début du XXème siècle, c’est une version plus moderne, moins abstraite du Tarot de Marseille dont les arcanes mineurs sont également illustrés (dans le Tarot de Marseille, les mineurs sont simplement des chiffres, seuls les arcanes majeurs sont illustrés d’une figure). C’est un classique américain auxquels de nombreux livres se réfèrent, c’est un bon deck pour débuter.

Je connaissais donc très bien le Rider Waite deck et volontairement, je ne voulais pas m’inspirer de decks plus modernes pour ne pas être influencée par d’autres images. Il était important pour moi d’illustrer mon jeu à partir d’un symbolisme et de références visuelles qui me soient propres.

Tu disais avoir eu envie de dessiner ton propre deck, car tu n’étais pas à l’aise avec certaines images ancestrales des tarots classiques, comme la figure du Pape par exemple.

Oui, je pense que c’est pour cette raison que de plus en plus de personnes créent leur propre deck actuellement, même si cela se faisait déjà beaucoup dans les années 60s-70s. L’imagerie du jeu classique est médiévale et donc intimement liée à la noblesse et à l’Église, des structures datant de plusieurs siècles qui ne me semblent plus pertinentes, voire limitantes aujourd’hui. Les images des decks contemporains sont davantage adaptées à la façon dont nous vivons aujourd’hui.

Se familiariser avec les cartes prend du temps, d’autant que, comme cela est détaillé dans le guide qui accompagne ton deck, une carte peut être à double sens. Si on prend l'exemple de la carte The Devil, elle peut signifier à la fois d'être pris au piège d'une addiction, comme d'avoir besoin d'un peu de fun dans sa vie. Comment construis-tu la lecture d’une carte ?

En général, j’écoute mon intuition et le fait que les cartes aient des significations vagues permet à leur message de venir à moi différemment en fonction de la personne que j’ai en face de moi. Les cartes m’aident à lire l’autre. À mon sens il est important de beaucoup s’entraîner à lire les cartes, car on se rend compte que chaque personne y répond et y réagit différemment. Bien connaître les cartes me permet de savoir lesquelles sont plus pertinentes pour telle ou telle personne. Se faire tirer les cartes, ce n’est pas comme faire une prise de sang pour connaître son groupe sanguin ! Les correspondances entre les cartes sont bien plus fluides, ouvertes et c’est mon intuition qui va leurs donner un sens en particulier en fonction de la personne à qui je fais le tirage.

Tu parles beaucoup d’intuition, et il n’est pas toujours évident de savoir qu’elle existe, de l’entendre et de lui faire confiance. Comment tout ce processus t’a t-il aidé à construire cette confiance en toi ?

Au début, je me demandais sans cesse si je disais les bonnes choses quand je tirais les tarots à quelqu’un. Je me demandais si la personne en face de moi se disait que j’avais tort ou raison, au lieu de croire en moi, en cette guidance particulière que je transmettais et à laquelle l’autre n’avait pas forcément accès. Je doutais de ma capacité à dire à la personne des choses qu’elle ne savait pas forcément sur elle. Cette idée que j’avais de vouloir donner à l'autre des infos « correctes » s’accompagnait en fait de beaucoup de mes peurs et insécurités.

Dès lors que j’ai réalisé qu’il n’y a pas de notion de « vrai » ou « faux », j’ai compris que c’est davantage une question de ce qui va faire écho chez l’autre, de ce qui va la toucher, lui parler. Il est plus puissant de dire quelque chose qui va résonner en la personne, mon ressenti sur telle ou telle situation, c’est véritablement ce qui va lui permettre d’avancer, de guérir. Cette façon de voir les choses s’est infusée dans ma vie entière et a été un très grand changement pour moi. Je suis moins inquiète à l’idée de faire les « bonnes » ou « mauvaises » choses, moins dépendantes des attentes que les autres pourraient avoir de moi. Ce qui m’intéresse aujourd’hui, c’est ce que je peux offrir aux autres, pas de me demander si je suis une bonne ou une mauvaise personne.

Je pense que nos plus grandes insécurités viennent de la peur du regard des autres, de notre tendance à vouloir anticiper leurs réactions et donc à essayer de leurs faire plaisir, de faire en sorte qu’ils nous aiment. Il devient alors difficile de savoir ce qui nous rend véritablement heureux, si on aime vraiment au fond ce que l'on dégage et ce que l’on offre au monde. Ces pratiques m’ont effectivement aidées à construire ma confiance en moi, ma confiance en ma propre intuition. C’est un sentiment incroyable de pouvoir offrir à quelqu’un cette chose qui ne se « voit » pas, et que j’arrive à décrire aujourd’hui par la parole. C’est ultra puissant et c’est tellement mieux que d’essayer de faire plaisir à quelqu’un !

J’aime beaucoup la façon dont tu tires les cartes ; très pragmatique, et à la fois les réponses que tu apportes laissent de l’espace à celui qui les reçoit de se les approprier, contrairement à d’autres tirages que j'ai reçus où j'ai entendu des trucs super tranchés comme : « tu vas tomber enceinte dans l’année » ! L’approche « je-vois-dans-le-futur » me met mal à l’aise.

Effectivement, la façon dont je fais l’expérience de ma connexion spirituelle et dont j’aime travailler avec les gens tend plus vers l’empowerment. J’aime donner confiance aux gens pour qu’ils soient acteurs de leur propre guérison. Si je leurs dis qu’il va se passer telle chose dans leur futur alors ils n’ont plus de force d’action, ils restent bloqués, presque passifs dans cette situation en sachant ce qu’il va leurs arriver. Je préfère leurs parler des changements qu’ils peuvent mettre en place dans leur vie quotidienne, les façons dont ils peuvent sentir différemment leur corps, se sentir mieux dans leur tête etc. Je trouve ça plus efficace car ils peuvent ainsi accomplir ce qu’ils veulent au lieu de laisser ça dans les mains des autres.

Moi aussi j’ai déjà été voir des voyants qui me disaient ce qui allait se passer dans mon futur et je suis sortie de ces séances sans vraies réponses car ils ne m’avaient pas donné d’outils pour prendre ma vie en main. J’ai aussi eu des séances où on me disait des choses sur mon avenir qui ne m’étaient pas utiles, car j’avais déjà connaissance de ces changements mais la transformation de mon énergie ne s’était pas encore mise en place. Résultat, je me retrouvais avec tout un tas d’infos dont je ne savais pas quoi faire. Je crois aussi qu’il y a un bon timing pour transmettre certaines infos aux gens.

Quand un voyant te dit franco comme ça que tu vas tomber enceinte dans l’année, il te laisse sans pouvoir sur cette action, ne t’apporte finalement aucun outil pour manifester ta vision personnelle du sujet. De mon point de vue, je chercherais plutôt à questionner comment transformer ton énergie pour recevoir ce que tu désires et tu pourras alors utiliser ce même concept de « basculement d’énergie » pour le refaire ensuite par toi-même. Pour moi, c’est ça la véritable guérison : se reconnecter à notre propre énergie pour reprendre le pouvoir sur notre vie.

Dans le travail spirituel que je fais avec moi-même, j'insiste beaucoup sur le pouvoir que l’on a tous de manifester ce que l’on veut dans notre vie. Ce travail consiste à supprimer ce qui bloque notre énergie créatrice afin d’être plus aligné avec ce que l’on souhaite. Ce n’est pas aux autres de faire ce travail pour nous, on doit apprendre à faire ce travail pour nous-mêmes.

Tu exprimes ta vision au travers de différents canaux : le dessin, le tatouage, le tarot, le Reiki, l’astrologie. Quel est le lien entre toutes ces pratiques ?

Je les vois comme plusieurs langues que je parlerais pour transmettre une seule et même énergie. Tout le monde n’est pas réceptif aux mêmes choses, on ne parle pas tous les mêmes langages et ces différentes pratiques offrent plusieurs options aux gens pour se connecter à leur énergie. J’essaye d’être la plus accessible et ouverte possible afin que les personnes d’autres cultures et croyances se sentent acceptées et comprises. J’ai beaucoup de chance d’avoir ces différentes formes d’expression et si par exemple, quelqu’un n’est pas très branché astro et préfère les tatouages ou les dessins, je peux m’adapter !

 

+ D'INFOS

. Le tarot + guide Small Spells de Rachel sont disponibles notre e-shop en version couleur ou noir & blanc, ainsi qu’à la boutique du studio.

. Son guide astro A Guide Through the Houses of Astrology est également dispo sur notre e-shop et au studio.

. Le site Small Spells / Suivre Rachel Howe

. Suivre Marine Parmentier

 

Retranscription interview : Victoire Kalamarides